Arts, musique, spectacleC'est à voir

>>Guide des collections en arts, musique, spectacle de la BU d'Evry

Il était une fois Ennio Morricone

Lorsqu’on évoque le nom d’Ennio Morricone, spontanément, on l’associe au western spaghetti. S’il est vrai que la renommée internationale du musicien est née de la collaboration avec son ami Sergio Leone, figure majeure du genre, Ennio Morricone a composé plus de 500 musiques de films et programmes télévisés,  Il laisse ainsi une œuvre immense sur six décennies de cinéma, dans tous les genres de films. On oublie aussi trop souvent qu’il a composé également un nombre important de pièces de musique de chambre et pour orchestre, sa "musica assoluta" ainsi qu’il la nommait lui-même. Chef d’orchestre, il avait entamé en 2001 une tournée mondiale de concerts revisitant son œuvre. Le Maestro s’est éteint le 6 juillet 2020 à Rome, sa ville de cœur qu’il n’a jamais voulu quitter, même pour Hollywood.

Ci-dessous, quelques films disponibles à la BU dont il a composé la musique. Rendez-vous également sur Philharmonie de Paris à la demande, pour écouter des extraits de musiques composées par Ennio Morricone et le concert "Musique et cinéma : de Nino Rota à Ennio Morricone".

Plus généralement, sur le son et la musique au cinéma, retrouvez la sélection de documents faite à l'occasion du colloque « Musique et design sonore dans les productions audiovisuelles contemporaines ».

Les collaborations avec Sergio Leone, ...

... avec ses compatriotes, ..

... dans le monde entier.

Les colloques et séminaires en musicologie

Laissez-nous votre avis !

Emportés par le Covid-19

Parmi les victimes de la pandémie, se trouvent évidemment des musiciens. En guise d’hommage, retrouvez sur cette page une sélection de quelques personnalités disparues et des vidéos à regarder et surtout écouter.

Manu Dibango  (1933-2020)  

Manu Dibango, artiste multiple, laisse derrière lui soixante années de carrière et d’engagements, sans pause ni éclipse. Saxophoniste au son identifiable dès les premières mesures, il savait aussi être pianiste, vibraphoniste, joueur de marimba, pouvait jouer de la mandoline et, récemment, du balafon. Il était également chanteur, arrangeur et chef d’orchestre.

John Prine (1946-2020)

Surnommé le Mark Twain des paroliers, John Prine est une légende de la folk américaine. Son oeuvre oscille entre la protest song  et la ballade raffinée, mélancolique ou surréaliste.

Oscar Chávez (1935-2020)

Considéré comme l'un des principaux représentants du style appelé Canto Nuevo au Mexique, Oscar Chavez accompagne le mouvement étudiant mexicain de 1968 et l'Armée zapatiste de libération nationale dans les années 1990. Tout au long de sa carrière, il n'a jamais renoncé à son engagement politique. 

Aurlus Mabele (1953-2020)

Aurlus Mabélé aspire à dynamiser la rumba congolaise. Il en modernise les sonorités, en accélère le rythme : le soukouss est né et Aurlus Mabélé en devient le maître incontesté.

Luigi Roni (1942-2020)

Grande voix de l’opéra, Luigi Roni fait ses débuts, très jeune, dans Faust , où il interprète Méphistophélès. Pendant sa longue carrière, il foule les planches des plus importantes scènes mondiales, de la Scala de Milan au Metropolitan Opera de New York, en passant par l'Opéra de Paris. Il avait également fondé en 2002 un festival d'été itinérant, Il Serchio delle muse.

Dave Greenfield (1949-2020)

Musicien accompli, Dave Greenfield rejoint en 1975 les Stranglers, formés un an plus tôt. Il apporte aux morceaux du groupe punk une complexité et une profondeur mystérieuse et sombre. Au fil des ans, le groupe évoluera du punk vers le post-punk, la new-wave puis le pop-rock. En 1982, Dave Greenfield compose leur chanson la plus connue, Golden Brown.

Wallace Roney (1960-2020)

Le trompettiste Wallace Roney est considéré comme l’héritier de son mentor, Miles Davis. Au fil du temps, il s’affirme comme une figure importante du post-bop. Il explore par ailleurs de nombreux territoires musicaux, comme la free, la fusion…

Naomi Munakata (1955-2020)

Cheffe de chœur et d’orchestre brésilienne renommée, Naomi Munakata dirige l'OSESP, la chorale de l'orchestre symphonique de l'État de São Paulo de 1995 à 2013. Elle devient ensuite cheffe de chœur de la chorale Paulistano Mário de Andrade du théâtre municipal de São Paulo. Elle enseigne à la faculté Santa Marcelina et à la faculté de Artes Alcântara Machado.